En lisant les évangiles, nous notons que chez Marthe et Marie la femme n'était pas réléguée à la cuisine.
Il n'enferme pas la femme dans la laternité :
Parmi les ami(e) du Christ nous remarquons Marie Magdalen, la femme qui l'oint les pieds,
Jésus vient à la renconctre des femmes (Mt. 29:9)
Selon l'écrivain du quatrième évangile il protège l'adultère ....

Le rôle et les perceptions des femmes au sein de l'église seraient plus importants que la queqtions de l'ordination. C'est parce que les rôle on général, plutôt que celuis des prêtres s'applique à toute personne membre de t'église. En outre nous expérons que tous les Chrétiens vivent ensemble dans l'amour de Dieu.

Le désaccord n'a rien à faire avec l'amour des gens qui discutent ou qui se disputent même.

INTRODUCTION
Un signe des temps
LA DIGNITÉ DE LA FEMME et sa vocation _ objets constants de la réflexion humaine et chrétienne _ ont pris ces dernières années un relief tout à fait particulier. On le constate, entre autres, dans les interventions du Magistère de l'Eglise, reprises par divers documents du Concile Vatican II, qui a ensuite affirmé dans son Message final: «L'heure vient, l'heure est venue où la vocation de la femme s'accomplit en plénitude, l'heure où la femme acquiert dans la cité une influence, un rayonnement, un pouvoir jamais atteints jusqu'ici. C'est pourquoi, en ce moment où l'humanité connaît une si profonde mutation, les femmes imprégnées de l'esprit de l'Evangile peuvent tant pour aider l'humanité à ne pas déchoir»[1]. Les paroles de ce Message résument ce qui avait déjà été exprimé par l'enseignement du Concile, notamment dans la constitution pastorale Gaudium et spes[2] et dans le décret sur l'apostolat des laïcs Apostolicam actuositatem[3]. Mulieris dignitatem 1988

Les Pères de la récente Assemblée du Synode des Evêques (octobre 1987), consacrée à «la vocation et la mission des laïcs dans l'Eglise et dans le monde vingt ans après le Concile Vatican II», se sont à nouveau préoccupés de la dignité et du rôle de la femme. Ils ont notamment souhaité que soient approfondis les fondements anthropologiques et théologiques nécessaires pour résoudre les problèmes relatifs au sens et à la dignité de la femme et de l'homme. Il s'agit de comprendre la raison et les conséquences de la décision du Créateur selon laquelle l'être humain existe toujours et uniquement comme femme et comme homme. C'est seulement à partir de ces fondements, qui permettent de saisir la profondeur de la dignité et de la vocation de la femme, que l'on peut parler de sa présence active dans l'Eglise et dans la société.
Mulieris Dignitatem
Encyclique 1988

et son contexte dans l'église

L'neyclique et l'institution de l'Eucharistie.
C'est évident quel'Encyclique  Mulieris Dignitatem méritait d'être bien accueilli. L'encyclique affirme le rôle des femmes ainsi que leurs contributions à l'église à travers les siècles.
Toutefois - Pour la présidence Eucharistique nous lisons :
(Les disciples) sont auprès du Christ pendant la dernière Cène; eux seuls reçoivent le commandement sacramentel: «Faites cela en mémoire de moi» (Lc 22, 19; 1 Co 11, 24).

En revanche selon Jeremias (The Eucharistic words of Jesus pp. 46sq
Selon Marc xiv:17 Jésus célebra la cène avec les douze. Toutefois ce n'est pas possible que nous fassions la presomtion que les  femmes mentionnées (Marc 15:40,, Luc 23 : 49 et 55 étaient excluées.
On pourrait ajouter que le tableau de Leonardo da Vinci ne serait pas définitif !