Gnosticisme - Γνωσις - Connaissance
Au début de l'ère Chrétien les hérésies faisaient appel à des connaissances sécrètes ou plutôt non accessibles. Nous connaissons le mystère de l'Incarnation, parce que le mystère religieux ou spirituel est à partager toujours avec la foi. En revanche la foi et la certitude ne sont pas compatibles.  La foi nécessite une confiance, en ce cas nous comptons sur Dieu (et sur son Fils) toujours en sachant que c'est sa volonté et non pas la nôtre qui compte voir par exemple Marc xiv : 36 ou luc xxii : 42. 
L'appel à une certitude sécrète est différente et la certitude associée ne comprend pas l'exploration spirituelle et son intérêt.

Nous ne pouvons pas réinventer le Christianisme. Il y certaines données non-négociables - elles sont les doctrines et les dogmes (même) . Nous disons que nous sommes "convaincus," mais la conviction n'est pas exactement la certitude. La conviction est ouverte, elle évolue et elle existe à coté du mystère "publique" que les "convaincus" - en ce cas les convaincus chrétiens - croient en sachant que la fixité d'avis diminuerait la conviction vivante. La conviction spirituelle n'attend pas de preuve.

Toutefois la vie non réfléchie - ce n'est pas la peine. Le dicton de Platon, c'est ο ανεκεταστος βιος ου βιωτος.1 Être Chrétien, ce n'est pas accepter la doctrine sans l'examiner. Quand le bébé dans la crèche prierait que la coupe (de la souffrance) soit enlevée il ne faisait pas (exactement) un cri de désespoir mais plutôt d'une confiance convictionnelle. L'incarnation est fondamentale.

L'apprentissage de Jésus est ses questions dans le temple quand il avait deux ans, comme sa désobéissance  à ses parents, signifie l'intelligence et l'intérêt du Fils de Dieu. Quant à la nativité, la mangeoire ou même l'étable, elles ne sont pas comme un film mais elles expriment une profondeur qu'on ne doit ni ignorer ni éviter. La profondeur est publique et l'Incarnation est mystérieuse mais toujours publique. 

1 La vie non réfléchie n'est pas digne d'être vécue.
Nous mentionnons le mystère. C'est une bon thème pour un site Chrétien. La foi entame le mystère parce que les fidèles comprennent que Dieu dépasse toutes nos connaissances. Ce n'est pas tout. On ne peut ni prouver ni réfuter l'existence de Dieu. Toutefois les croyants ne doivent  éviter ni une réflexion profonde ni l'exam intellectuel - ce dernier parce que mieux comprendre la foi engage des concepts verbaux puisque le langage religieux, comme la connaissance spirituelle ne serait pas susceptible à un examen "scientifique."   En outre il y a des passages mystiques dans la Bible.
1. L’extase prophétique est mystérieux. Nous pensons aux ânesses du père du prophète Samuel qui étaient perdues. On consulte le Prophète car  autrefois, en Israël, on avait coutume de dire quand on allait consulter Dieu : « Venez, allons trouver le voyant. » Car, le « prophète » d’aujourd’hui, on l’appelait autrefois le « voyant » (I Samuel 9 : 9).
C'était l’occasion d'oindre Saul qui serait roi d'Israël. Samuel était prévenu : voir les versets 15-17
15 Or le SEIGNEUR avait averti Samuel un jour avant l’arrivée de Saul. Il lui avait dit : 16« Demain, à la même heure, je t’enverrai un homme du pays de Benjamin, et tu l’oindras comme chef de mon peuple Israël, et il sauvera mon peuple de la main des Philistins. C’est que j’ai vu mon peuple et que son cri est arrivé jusqu’à moi. » 17Samuel aperçut Saul. Aussitôt le SEIGNEUR lui souffla : « Voici l’homme dont je t’ai dit : C’est lui qui tiendra mon peuple en main. »
Dans le Nouveau Testament, St Paul avait rencontré le Christ sur la route de Damas. En II Corinthiens  il écrit
1Faut-il faire le fier ? C’est bien inutile ! Pourtant j’en viendrai aux visions et révélations du Seigneur. 2Je connais un homme en Christ qui, voici quatorze ans – était-ce dans son corps ? je ne sais, était-ce hors de son corps ? je ne sais, Dieu le sait – cet homme-là fut enlevé jusqu’au troisième ciel.


La Bible comporte une tradition mystique . Pourtant Il faut distinguer la connaissance mystique et l'appel à une connaissance sécrète.