Une question clé, c'était distinguer les termes "" et "créé"  et "engendré". Les Ariens, qui ne pensaient pas que Jésus fût pleinement divin disaient que le termes étaient identiques, alors que ceux qui suivaient Alexandre, évêque d'Alexandre, n'étaient pas d'accord. Compte tenu de l'amertume du débat, l'empereur Constantin a rassemblé un Concile à Nicée en 325.

On devrait peaufiner l'accord car il y avait un problème de la grande Europe, car les implications spécifiques de certains termes importants étaient mal comprises par ceux qui ne comprenaient pas parfaitement le grec. La diversité des langues européennes était déjà un problème.


Enfin la question n'était pas résolue une fois pour toutes à Nicée. Arius et ses sympathisants étaient permis de retourner à l'église en faisant semblant d'accepter le Credo de Nicée. Suite à la mort de Constantine (337) son fils Constantius, qui était plus influencé par les idées d'Arius, le débat à recommencé. Le débats se sont concentrés sur la divinité du Fils, mais la divinité du Saint esprit restait à débattre.

Ca suffit. C'est difficile et nous allons y revenir. Pour le moment, la fête de la Sainte Trinité reste un dimanche important dans le calendrier de l'église.

Pour les croyants chrétiens il y a des questions à comprendre :
L'étude théologique n'est pas empirique comme la science empirique quotidienne.
La nature et les modalités même de notre salut sont difficiles et mystérieuses.

Toutefois un point de départ était l'expérience vécue des premiers Chrétiens, dont la connaissance spirituelle perdure. On doit penser, raisonner, réfléchir, mais on doit également méditer les mystères comme ceux qui disent le chapelet méditent les mystères douloureux etc.
Pour nous, les hommes, et pour notre salut,
il descendit du ciel;
Par l'Esprit Saint il a pris chair de la Vierge Marie,
et s'est fait homme
Sainte-Trinité de Dieu, Maître de Flemalle, XIVème siècle
La Trinité est fondamentale mais la définition est difficile. The tableau, à coté, était élaboré comme illustration des trois personnes - le Père couronné, le fils crucifié, et la colombe qui représente le Saint Esprit. Pour une génération illettré et crédule le tableau suffirait, comme les muraux ou les fresques dans les églises représentaient le punition ou même le royaume de Dieu. Toutefois la doctrine de la Trinité aborde les questions ultimes de la création, ou même du péché, du salut et du sens de la vie. Cette page esquisse un débat qui n'était résolu que par le Concile de Calcédoine en 451 de notre ère. Elle présente certaines considérations en partageant la cohérence de la pensée Chrétienne d'une manière accessible aux croyants  ainsi qu'à ceux qui ne partagent pas nos convictions, mais qui s'y intéressent. Nous cherchons à informer. Pourtant la logique interne d'autres convictions serait également sérieuse. Néanmoins être Chrétien comprend l'accord doctrinal.   
Le Problème
Dieu, dont rien de plus grand ne puisse être conçu était à l'origine du cosmos imparfait. Les êtres humains, pécheurs et pécheresses, sont imparfaits, donc Jésus est venu pour nous restaurer et pour nous sauver.
Toutefois dans la tradition Judéo Chrétienne "gnostique" certains penseurs proposaient qu'un démiurge (δεμίουργος se dit "créateur") avait créé le monde de la part de Dieu, étant donné les imperfections. Le philosophe Plotin disait que les gnostiques étaient "Ceux qui disent que le Démiurge de ce monde est mauvais et que le Cosmos est mauvais."
Si Jésus avait été Dieu incarné , Dieu aurait pris notre nature imparfaite - parmi des groupes comme les gnostiques c'était impensable.
Toutefois le salut, réalisée dans la présence de Dieu parmi nous, nécessite l'Incarnation en Jésus Christ selon la tradition Chrétienne.

Certains Chrétiens des premiers siècles, parmi eux des évêques, n'étaient pas d'accord. Cette page présente une esquisse très simplifiée du débat. Mais attention, il faut la  lire attentivement !

Les credo, par exemple celui de Nicée-Calcédoine, étaient rédigés par conséquent des débats approfondis et franchement amères. On essayait de définir la nature et l'activité du Christ avec des formulaires techniques et difficiles. Le Christ était un homme mais en quel sens pourrait-il nous apporter le salut et la vie éternelle ?
Si le fils était engendré du Père de son essence ou de son être il n'y avait pas de commencement. En revanche si le fils était crée ex nihilo, il y avait un commencement. Selon Alexandre d'Alexandrie Jésus était engendré sans commencement alors qu'Arius proposait que le Fils était créé ex nihilo.
Le Concile de Nicée décidait avec un majorité presqu'unanime (deux voix contre et plus ou moins 300 vois pour mais le chiffre reste incertain) que le fils était engendré par le Père. Les deux dissidents avec Arius étaient bannis en Illyrie.  
Jean i : 1-14 : un aspect de l'Incarnation :
1 Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu. 2 Il était au commencement tourné vers Dieu. 3 Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui. 4 En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes, 5 et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise. 6 Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean. 7 Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. 8 Il n’était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière. 9 Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme. 10 Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. 11 Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l’ont pas accueilli. 12 Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. 13 Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.
14 Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.
Le Symbole ou le Credo de Nicée
Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l'univers visible et invisible.
Je crois en un seul Seigneur, Jésus-Christ, le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles ; il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu. Engendré, non pas créé, de même nature que le Père, et par lui tout a été fait. Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel ; par l'Esprit-Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s'est fait homme. Crucifié pour nous sous Ponce Pilate, il souffrit sa passion et fut mis au tombeau. Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Écritures, et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père. Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts; et son règne n'aura pas de fin.
Je crois en l'Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père. Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire ; il a parlé par les prophètes. Je crois en l'Église, une, sainte, catholique et apostolique. Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés. J'attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir. Amen.
Ci contre un Ikon :



L'Empereur Constantin et quatre Evêques avec le texte du symbole de Nicée.

Il restait des siècles de débat mais le Concile de 325 fait des définitions importantes et fondamentales

Le Père, le Fils et le Saint Esprit

Je crois en Dieu, le Père tout puissant
Pour le chapelet ou le rosaire, on médite des textes bibliques, tels quels. Il faut penser, refléchir, explorer ... Le mystère ne serait jamais susceptible à un examen intellectuel tout court, mais la simplicité de la prière entame une réflexion intellectuel. Pour les mystères douloureux, ils sont : 
  • L'agonie dans le jardin des oliviers
  • La flagellation
  • Le couronnement des épines
  • Le portement de la croix
  • Le crucifiement et la mort de Jésus
Cette page, avec son contenu assez difficile est une étape sur la route qui justifie des doctrines fondamentales chrétiennes. C'est nécessaire, car le mystère, la profondeur du spirituel et la grandeur de Dieu nous apportent une aventure spirituelle envers la paix de Dieu qui "surpasse toute intelligence... (Recueil des Prières Eglise anglicane canadienne).
Trinité page 1