La lecture biblique :
intuitive et perspicace
Le Texte
1 Après cela, Jésus passa sur l’autre rive de la mer de Galilée, dite encore de Tibériade. 2 Une grande foule le suivait parce que les gens avaient vu les signes qu’il opérait sur les malades.
3 C’est pourquoi Jésus gravit la montagne et s’y assit avec ses disciples. 4 C’était bientôt la fête juive de la Pâque. 5 Or, ayant levé les yeux, Jésus vit une grande foule qui venait à lui. Il dit à Philippe : « Où achèterons-nous des pains pour qu’ils aient de quoi manger ? » 6 En parlant ainsi il le mettait à l’épreuve ; il savait, quant à lui, ce qu’il allait faire. 7 Philippe lui répondit : « Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas pour que chacun reçoive un petit morceau. » 8 Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit : 9 « Il y a là un garçon qui possède cinq pains d’orge et deux petits poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens ? » 10 Jésus dit : « Faites-les asseoir. » Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit. Ils s’assirent donc ; ils étaient environ cinq mille hommes. 11 Alors Jésus prit les pains, il rendit grâce et les distribua aux convives. Il fit de même avec les poissons ; il leur en donna autant qu’ils en désiraient. 12Lorsqu’ils furent rassasiés, Jésus dit à ses disciples : « Rassemblez les morceaux qui restent, de sorte que rien ne soit perdu. » 13 Ils les rassemblèrent et ils remplirent douze paniers avec les morceaux des cinq pains d’orge qui étaient restés à ceux qui avaient mangé. 14 A la vue du signe qu’il venait d’opérer, les gens dirent : « Celui-ci est vraiment le Prophète, celui qui doit venir dans le monde.» 15 Mais Jésus, sachant qu’on allait venir l’enlever pour le faire roi, se retira à nouveau, seul, dans la montagne. (Jean chapitre 6)
Ce conte de la multiplication des petits pains (d'orge, donc le pain des pauvres) et des poissons nous intéresse à plusieurs niveaux. Cet événement est le seul signe mentionné dans tous les quatre évangiles. 

On remarque des subtilités.
  • Jésus rend grâce et distribue les pains. Le  mot ευχαριστησας ou eucharistesas à l'origine du mot eucharistie se dit rendre grâce.
  • Dans l'évangile de St Mark nous remarquons que Jésus bénit les pains  - ευλογησεν (eulogesen) - (Marc 6:41) alors que dans le texte du repas des quatre milles Jésus rend grâce ευχαριστησας (eucharisresas) et rompt les pains (Marc 8:6).

Une explication possible, mais à débattre, serait celle d'un repas de signifiation religieuse ou de culte avec le vocabulaire de l'eucharistie de l'église primitive. On pourrait également lire un passage très proche de notre liturgie eucharistique (I Corinthiens xi:23sqq.)

Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain 24 et, après avoir remercié Dieu, il le rompit et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. » 

εγω γαρ παρελαβον αηο του κυριου ο και παρεδωκα υμινμ οτι ο κυριος Ιησους εν τη νυκτι η παρεδιδοτο ελαβεν αρτον και ευχαριστησας εκλασεν και ειπεν Τουτο όυ εστιν το σωμα το υπερ υών τουτο ποιετε εις την εμου αναμνησιν    (I Corinthiens 11:23sq).


Il faut lire attentivement les texte. Quand Jésus rend grâce sur le pain le texte utilise le mot eucharistesas (ευχαριστησας).
Dans la tradition synoptique Jésus a nourri deux grandes foules de 5000 et de 4000. Ce conte, s'agit-il d'une eucharistie ou d'un repas rituel primitif ?
Nous avons déjà mentionné l'eucharistie et le banquet messianique. Ces pages explorent l'événément du Christ comme rupture avec le passé, car la vie du Christ est une transformation.
Jésus raconte des paraboles du royaume ou de la fin des temps qui s'appelle l'eschaton. On mentionne le présent et l'avenir, mais est-ce que le royaume est déjà parmi nous d'après les évangélistes ? En lisant les textes tels quels on s'interroge.

Nous avons vue que le banquet Messianique attendu par la communauté de Qumran et décrit dans les Manuscrits de la Mer Morte, engageait le Messie d'Israël qui distribuerait du pain et du vin aux élus dans le Royaume.
Les théologiens mentionnent l'évéenement du Christ (the Christ event.) Il y a une description de la fin des temps, quand le fils de l'homme viendra sur les nuages des cieux (Marc 14:44sqq.).

Certains paraboles de Jésus - par exemple celle du blé et de l'ivraie proposent un jugement future, mais d'autres paraboles impliquent que le royaume est déjà présent pour ceux qui l'aperçoivent. Par exemple la perle hors de prix. 
On pourrait proposer que l'eucharistie , comme le signe des pains et des poissons marquent la présence du Royaume dans la vie et le ministère de Jésus.
Autrement, St Paul, un peu comme la communauté de Qumran, attendait un cataclysme imminent : voir I Thessaloniciens 4:13 sqq.
13 Frères, nous désirons que vous connaissiez la vérité au sujet de ceux qui sont morts, afin que vous ne soyez pas tristes comme les autres, ceux qui n'ont pas d'espérance. 14 Nous croyons que Jésus est mort et qu'il s'est relevé de la mort ; de même, nous croyons aussi que Dieu relèvera avec Jésus ceux qui seront morts en croyant en lui.
15Voici en effet ce que nous déclarons d'après un enseignement du Seigneur : ceux d'entre nous qui seront encore en vie quand le Seigneur viendra, ne seront pas avantagés par rapport à ceux qui seront morts.
Les Evangiles ne sont pas biographiques, mais ils racontent ce qui se passait en ce qui avait lieu. Toutefois, il y a plusieurs niveaux d'interprétation. D'après Wellhausen (Cxix) ou Bultmann (Cxx) les évangiles  comprennent des informations sur le contexte ecclésial de la rédaction. D'après Raymond Brown en revanche :
  • ils racontent les perceptions de l'évangéliste et sa présentation de Jésus à une communauté Chrétienne
  • ils révèlent des aspects de l'histoire avant l'évangile, les idées christologiques de l'écrivain et des aspects de l'histoire communautaire
  • des possibilités restreintes de reconstruire le ministère et le message de Jésus. 
Jésus nourrit une grande foule
¨Cliquez pour l'introduction à l'Euchariste
Nous examinons l'Eucharistie et 'église et leur relation avec  le royaume des cieux