Après Pâques
quelques indices
C'est surprenant, mais suite à la Résurreciton les disciples n'appartenaient pas à l'église, car il n'y avait pas d'église. On devient membre de l'église lors du baptême. Le baptême chrétien est le baptême d'Esprit Saint (Mar i: 7-8 par exemple). Jean le Baptiste dit :
Celui qui est plus fort que moi vient après moi, et je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la lanière de ses sandales. Moi, je vous ai baptisé d'eau, mais il vous baptisera d'Esprit Saint

Il faut comparer  Jean iv : 1-3
1 Quand Jésus apprit que les Pharisiens avaient entendu dire qu’il faisait plus de disciples et en baptisait plus que Jean, 2– à vrai dire, Jésus lui-même ne baptisait pas, mais ses disciples – 3il quitta la Judée et regagna la Galilée.
C'est comme si l'écrivain corrigeait une rumeur. L'église comme nous la connaisson n'existerait qu'à partir de Pentecôte.

Cependant les premiers chrétiens essayaient de comprendre les événements des derniers jours. Le moment était propitieux, mais il faudrait attendre. Dans l'église croissante de l'après pentécôte il faudrait se mettre d'accord sur les croyances et sur la définition du salut ou du renouveau réalisés par Jésus.

Nous avons l'église, bien entendu. Mais connaître le Christ ressuctié, c'est s'émerveiller face au mystère. On a le sens d'un groupe de personnes parfois confuses, ou même déboussolés.

 
Le Cardinal Newman écrit "dans le royaume des cieux il se peut que ce soit différent, mais ici bas vivre est changer. Être parfait, c'est avoir souvent changé. Dans le sillage tempétueux de la Résurrection la compréhension était difficile. 

Le défi serait la prédication ou le partage d'un évangile qui était à écrire ou à élaborer. La question de Pilate était pertinente, comme elle est toujours pertinente. Par le passé les formulaires de l'église étaient perçus comme définitifs. Ce site s'adressera au œuvres du Cardinal Newman. On doit changer, oui. Mais on ne devrait pas adopter de croyances mal pensées.  

D'habitude nous lisons la Bible comme la révélation de la parole de Dieu - C'est vrai, mais la révélation est active. Les prophètes surprenaient leurs contemporains, St Paul était théologien créatif. On ne doit pas craindre le développement spirituel ou intellectuel, et on ne doit pas chercher une certitude  incontournable.

Les semaines tu temps de Pâques nous rappellent la quête et l'enquête spirituelles. On se pose la question de Ponce Pilate. On attend ou on espère une révélation, mais une révélation une fois pour toutes serait moins inspirante que le sérieux des semaines que nous commémorons.
Il y a une trentaine ou une quarantaine d'années nous nous intéressions à la théologie de processus. Elle était influencée par le philosophie de A.N. Whitehead. On disait que Dieu avait créé l'humanité pour vivre ce processus. Nous rencontrions un acte d'amour suprême puisque les êtres humains spirituels seraient créatifs. Les compositeurs, les artistes, les écrivains, les musiciens et tellement d'autres personnes sont créatifs. Certains disaient que parce que  ce qui n'existait pas était inconnaissable, la contribution créative de l'humanité était indescriptible.
Il y a des questions philosophiques. Mais Dieu incarné, crucifié, ressuscité ... le questionnement des premiers disciples et l'inspiration à partir de Pentecôte. C'est époustouflant. 
Jésus ... répondit ... je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Pilate lui dit "Qu'est-ce que le vérité