Lucas Cranach l'Ancien (vers 1530-1540)
La Chute et la rédemption

PARADOXALEMENT 18 Le SEIGNEUR Dieu dit : « Il n’est pas bon pour l’homme d’être seul. Je veux lui faire une aide qui lui soit accordée. » 19 Le SEIGNEUR Dieu modela du sol toute bête des champs et tout oiseau du ciel qu’il amena à l’homme pour voir comment il les désignerait. Tout ce que désigna l’homme avait pour nom « être vivant » ; 20 l’homme désigna par leur nom tout bétail, tout oiseau du ciel et toute bête des champs, mais pour lui-même, l’homme ne trouva pas l’aide qui lui soit accordée. 21 Le SEIGNEUR Dieu fit tomber dans une torpeur l’homme qui s’endormit ; il prit l’une de ses côtes et referma les chairs à sa place. 22 Le SEIGNEUR Dieu transforma la côte qu’il avait prise à l’homme en une femme qu’il lui amena. 23 L’homme s’écria : « Voici cette fois l’os de mes os et la chair de ma chair, celle-ci, on l’appellera femme car c’est de l’homme qu’elle a été prise. » Genèse 3.
Gen 3  9Le SEIGNEUR Dieu appela l’homme et lui dit : « Où es-tu ? » 10Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur car j’étais nu, et je me suis caché. » – 11« Qui t’a révélé, dit-il, que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais prescrit de ne pas manger ? » 12L’homme répondit : « La femme que tu as mise auprès de moi, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »
13Le SEIGNEUR Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée et j’ai mangé. »
Le péché originel est difficile puisque la "doctrine" est perçue comme instigation du schema du salut. Le péché originel concerne le serpent qui a proposé à Eve qu'elle mange le fruit interdit. Elle envouterait Adam qui en mangerait également. Ils connaitraient le bien et le mal ! D'après St Augustin  la culpabilité est transmise à tous les êtres humains pour toujours. Dans le livre de la Prière Commune de l’église anglicane la prière de consécration eucharistique présente une interprétation protestante du sacrifice du Christ :

Sois béni, glorifié et remercié, Dieu tout puissant, notre Père des cieux. Dans ta douce miséricorde tu as donné ton fils unique Jésus Christ pour qu’il prenne notre nature et soufre la mort de la croix pour notre rédemption? Ainsi par son unique sacrifice offert une foi pour toutes, il a fait une oblation suffisant, une offrande parfaite et une réparation total pour les péchés du monde entier. Il a institué un mémorial perpetual de sa mort, et nous a ordonné dans son Saint Evangile de le célébrer jusqu’à son retour …  (La Sainte Communion du Livre de la Prière Commune canadienne - version française)
L'interprétation intuitive du texte serait intéressante. Qui était le vrai culpable - la femme instigatrice ou l'homme envoûté ? C'est à dire, est-ce que la femme  envoutée par le serpent était à l'origine du mal, alors que l'homme était dupé ? La question n'est pas tout à fait hypothétique, parce que les maux d'origine féminine (ou femelle) étaient un aspect du monde ancien. C'est intéressant que Dieu dit  la femme  : « Je ferai qu’enceinte, tu sois dans de grandes souffrances ; c’est péniblement que tu enfanteras des fils. Ton désir te poussera vers ton homme et lui il te dominera. » (Genèse 3:16)

L'homme dominera la femme, qui désirera l'homme à son tour, dont la conséquence sera une naissance douloureuse (pour la femme).


La menstruation  était un problème d'origine féminine. A l'époque elle n'était pas bien comprise. Dans le monde ancien, on savait que le sang était très important. Lors de l'abattement des animaux comestibles, on devait vider le sang car le sang était la vie (Genèse 9:4) Voir aussi : Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang.  C'est ici une loi perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux où vous habiterez : vous ne mangerez ni graisse ni sang. (LSG)  Lévitique 3:17
Deutéronome 15:23  Seulement, tu n'en mangeras pas le sang ; tu le répandras sur la terre comme de l'eau. (LSG)
Les contes de la création (il y en a deux qui ne sont pas réconciliables), sont intéressants. L'homme ne doit pas être tout seul. Il a besoin de la femme. L'homme était créé avant la femme, mais la côte de l'homme est transformée en femme - chair de sa chair. Ce premier conte de la création, celui des prêtres, comporte les besoins réciproques de l'homme et de la femme. Le conte le plus ancien exprime la désobéissance comme explication de la douleur de la naissance et le désir ... voir le problème d'origine féminine.
Le péché et la Croix de Jésus en arrière plan
Le péché d'Eve ?
Une influence cachée sur le statut des femmes?



Homepage du site