Quant aux l'implications de l'incarnation : nous ne sommes jamais abandonnés. Dieu a tant aimé le monde. Toutefois, le vivre ensemble est un aspect de ce site. Il faut que nous vivions ensemble à travers nos différences.  Néanmoins, par rapport à l'incarnation les grandes religions monothéistes s'excluent. C'est à noter que l'accord sur la Trinité (dont l'incarnation) date du cinquième siècle. Le débat était compliquée et sérieux. Quant aux autres traditions monothéistes, elles s'appuient sur des traditions philosohpiques partagées. Per exemple en Espagne Mauresque les Juifs, les Musulmans et les Chrétiens vivaient ensemble. Ce n'était pas parfait mais les grands penseurs des trois traditions travaillaient sur les mêmes questions ... par exemple la conscience humaine plutôt que la Trinité en tant que tel. Nous ne saurons jamais la totalité de la vérité dans ce monde. Comme Chrétiens nous  affirmons l'Incarnation, mais nous sommes tous à la recherche de la Vérité. Ce sit avoue et affirme les implications chrétienne de la naissance du Christ. Mais nos convictions sont enrichies par une connaissance des convictions bien réfléchies même si nous ne les partageons pas ... Il faut être honnête, ouvert et respectueux ...  The Last Battle
On se raconte tous les ans une version de la nativité de l'enfant  Jésus adaptée au Christianisme populaire. Les lecteurs sérieux des textes bibliques pourraient s'interroger.  Jésus de Nazareth est né à Bethlehem (bien entendu) mais :
D'après St Mathieu trois Mages viennent le voir.
D'après St Luc  les bergers arrivent.
D'après St. Mathieu les parents de Jésus partent en Egypte et les Innocents sont massacrés.
D'après St Luc les parents de Jésus voyagent de Nazareth  à Bethlehem.
  • On doit s'en rendre compte, non pas pour questionner les textes, car les textes ne représentent pas l'histoire telle que nous la comprenions.
En revanche
  • Ils racontent ce qui se passait en ce qui avait lieu.
  • Il y a des liens avec la réalisation et la concrétisation de la prophétie.
  • Jésus fils de David est né dans sa ville natale.
  • Le Magnificat est très proche de la chanson de Hannah avant la naissance du prophète Samuel. . 
Le questionnement de l'histoire littérale ne s'agit pas de la vérité chrétienne. Nous avons déjà mentionné le discours de Periclès. Les histoires de la nativité de Jésus interprètent les perceptions de celles et ceux qui avaient connu Jésus et son ministère ainsi que des gens qui appartenaient à l'église du premier siècle. Comme Periclès l'explique aux Athéniens face à la souffrance de la mort des jeunes, Mathieu et Luc  expliquent la théologie de la personne du Christ. 
En ce sens nous lisons une méthode historique qui raconte et qui interprète l'expérience, la vie et la conviction des Chrétiens de l'époque. C'est à dire que notre interprétation de l'histoire n'est pas comme l'enregistrement d'une vidéo sans commentaire et sans connaissance du contexte. Nous pourrions dire que nous faisons une interprétation ex post facto. C'est plus authentique qu'accepter les textes et/ou les doctrines sans s'interroger. Nos connaissances spirituelles seraient non moins réelles que "l'expérience vécue." C'est normal, raisonnable, qu'on s'appuie sur l'expérience pour mieux comprendre certains événements du passé.

Aujourd'hui nous conservons le Père Noël, l'arbre de Noël ou même "L'arbre séculaire" ... mais c'est une explication inductive. C'est à dire que le point de départ dans l'expérience actuelle vécue  inspire l'interprétation parfois folklorique. C'est une interprétaiton es post facto - c'est à dire avec un œil qui interprète le passé en s'appuyant sur les connaissances du présent. Nous interprétons les évenements de Noël comme l'Incarnation du Fils de Dieu, parce qu'elle elle est une réalité présente de nos connaissances spirituelles.
Nous disons que c'est une interprétaiotn inductive, où  que nous faisons une interprétation rationnelle et bien réfléchi de ce que nous connaissons en réalité ou dans nos cœurs. C'est authentique et plus personnelle que l'apprentissage des doctrines comme un groupe qui fait la catéchèse. Toutefois les croyances et la foi de la communauté authentifie notre expérience ... La foi entame un dialogue.
Quant à l'église, elle existe pour proclamer ou pour affirmer le message chrétien, et pour faire une travail  chrétien et sacramental.

Deux contes d'un evénement
Le questionnement de l'histoire
Gerbrand Van den Eeckhout (1621-1674). Anne présente Samuel au prêtre Eli. Huile sur toile, 117 cm x 143 cm. 1665. Louvre, Paris.
L'inspiration du Magnificat, c'est le cantique de Anne. Le Magnificat de l'évangile de St Luc s'agit de la naissance inattendu d'un enfant. Le cantique de Anne est inspiré par la naissance de Samuel qui serait également inattendue.

La naissance de Jésus est la réalisation de l'alliance de l'Ancien Testament comme elle était perçue par l'église ou même par les premiers Chrétiens.
Nous sommes tous à la recherche de la vérité. Elle est est infimiment plus grand que nous. Racontons l'histoire, mais reconnaissons une certaine difficulté en particulier dans nos sociétés plurielles. Nos connaissances du mystère sont incomplètes, sans doute. Les confessions chrétiennes diffèrent mais aujourd'hui nous conaissons l'œcuménisme.
Pour l'interreligieux le point de départ dans l'expérience est partagé. Les encadrements diffèrent. Soyons honêtes. Les systèmes s'excluent. Pour les Juifs ou les Musulmans, l'Incarnation serait impossible ou même incompréhensible. Nous sommes sur plusieurs sentiers qui ne se croisent jamais.
Double click to edit
Les origines de la célébration de Noël dans l'hémisphère du nord sont évidentes. Les repas sont copieux, les bougies sont allumés et par le passé on faisait du feu dans l'âtre pour chauffer la famille. De plus, le 25 décembre succède les jours les plus courts de l'année. Dans une société sans connaissance du système solaire on était assuré que les jours se rallongeaient et qu'il y aurait encore une année dont la fertilité soutiendrait la vie de la communauté.
Toutefois on ajoutait la fête de Noël les 25 septembre ou le 6 janvier selon la tradition. A travers les siècles la fête était célébrée avec le repas copieux (parfois bien arrosé), le sapin de noël qui était d'origine païenne et la crèche qui représentait l'histoire de la tradition folklorique.
Les textes bibliques, rédigés au début du Christianisme, étaient adaptés comme complément avec les cierges dont la lumière illuminait l'hiver. Enfin on assistait à la messe et on entendait, tous les ans, les histoires bien connues.
Mathieu
Luc
Jésus est né à Bethlehem
Les Mages viennent le chercher avec de l'or et ils demandent des nouvelles à Hérode. Ils trouvent Jésus et ils offrent de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
Les Mages sont avertis en songe et repartent par un autre chemin. Hérode ordonne le massacre des innocents.

Vu la fébrilité de Hérode la famille de Jésus descend en Egypte, d'où on ne reviendra qu'après la mort de Hérode.


Les parents de Jésus de Nazareth remontent à Bethlehem, la cité de David, suite à un décret de César Auguste. Ils voudraient s'installer dans une auberge, mais il n'y a pas de place, donc ils trouvent une étable. L'ange renseigne bergers qui laissent les brebis pour aller voir l'enfant. Les parents de Jésus reetournent à Jérusalem pour la présentation de leur fils aîné dans le Temple.
L'enfant Jésus est reconnue par Syméon et proclame le Nunc dimittis.
La naissance de Jésus et le modèle de Samuel dans 'Ancien Testament. Le modèle du passé pour l'histoire du présent :
Enfin un mot sur l'enseignement Chrétien :
Nous ajoutons une page "traditionnelle" avec le cantique de Anne (la mère de Samuel) et le Magnificat qu'on dit  tous les soirs, voir par exemeple Evening Prayer du Livre de la Prière commune.  Le Magnificat est inspiré par le Cantique de Anne. C'est à dire que l'église primitive associait les prophètes de l'Ancien Testament avec la naissance et la vie de Jésus. C'est cohérent, parce que l'authentification de l'Incarnation et du salut dans l'expérience spirituelle contemporaine (à travers les siècles), s'accorde avec la tradfition biblique et l'interprétation de la Bible par l'église. Toutefois l'attirail des vitrines de grands magazins n'est pas tout à fait une bonne interprétaiton. En revanche la fête de célébration avec le pudding de Noël est bien appropriée.
La Nativité
les questions historiques
et
les affirmations théologiques