Le péché originel

lecture et interprétation
Une Interprétation : le péché originel

Le Christianisme traditionnel comporte ce qu’on appelle « le schéma du salut » (anglais the scheme of salvation.) Il s’appuie sur les écritures interprétées comme une révélation divine d’inspiration verbale. Le schéma en tant que tel, mais non pas la totalité de son contenu, s’authentifie avec une interprétation littérale de la Bible. La doctrine sur le péché et le salut de St Paul s’est élaborée avec une base doctrinale  qui comporterait  des éléments de la science aristotélicienne et de la théologie de St Augustin. A partir d’une rébellion présumée de Satan et de la chute des anges, Adam et Eve étaient créés par la volonté et l’acte de Dieu - vraisemblablement comme adultes. Ils n’étaient pas qu’innocents, mais plutôt justes. Leur postérité devrait restaurer le nombre des anges qui était diminué par la rébellion céleste. Satan, motivé par la jalousie, a persuadé nos premiers ancêtres à désobéir un commandement absolu de Dieu, selon lequel l’humanité ne devrait pas acquérir la connaissance. La conséquence était la et la perte de la justification originelle. La conséquence (une nature corrompue qui ferait le mal, une volonté faible et la culpabilité de leur péché) était transmise comme génération naturelle à l’entièreté  de leur progéniture. Par conséquent toute l’humanité était condamnée par la malédiction  du péché originel et actuel, assujettie à l’ire divine et destiné à la condamnation. Pour restaurer ses objectifs détournés, Dieu a envoyé son fils qui, en prenant la nature humaine, est né sur la terre, où s’est déroulé le drame de sa mort et de sa résurrection. Sans aucune défaillance du péché originel et actuel, ce n’était que Jésus qui fût en mesure de faire un sacrifice pour expier le péché humain. Par conséquent, l’ire légitime de Dieu envers l’humanité coupable était apaisée et son honneur était satisfaite. Dieu a accepté gracieusement le sacrifice de son fils. Puisqu’il pourrait pardonner le péché l’humanité serait renouvelée. L’église chrétienne, « une corporation divine » est née. Les membres baptisés, qui continuaient dans la réalisation de ses commandes (par raison de la grâce divine) serait sains et saufs dans la vie du monde à venir. A partir de la vie surnaturelle de ‘église, l’authenticité du monde et de l’histoire était garantie. Dépourvus de cette vie surnaturelle ils périraient dans le feu. Cet événement aurait lieu quand le nombre inconnu des âmes qui pourraient remettre les anges tombés serait complet.  L’office de l’ensevelissement des morts du livre de la prière commune prie toujours que Dieu se plaise « d’accomplir le nombre des ses élus » en réalisant son royaume. Les morts sortiraient de leurs tombeaux dans leurs corps, malgré l’affirmation de St Paul que la chair et le sang ne pourraient ni hériter le royaume de Dieu, ni la corruption non corrompue. Les sauvés étaient prédestinés, par un décret impénétrable de Dieu, non pas par raison de leurs mérites mais uniquement par raison des mérites du Christ. Quant à ceux qui restaient, on n’était pas tout à fait d’accord, mais en général on croyait qu’ils seraient tourmentés pour l’éternité dans le feu des enfers. Ce serait le vindicatif du pouvoir et de la justice de Dieu et l’intensification de la joie au royaume des cieux …
J.S. Bezzant (Essai) Objections to Christian Belief  London, Pelican 1965 pp. 71 sq.
Le texte de Référence Genèse Chapitre 3

1Or le serpent était la plus astucieuse de toutes les bêtes des champs que le SEIGNEUR Dieu avait faites. Il dit à la femme : « Vraiment ! Dieu vous a dit : “Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin”… » 2La femme répondit au serpent : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin, 3mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : “Vous n’en mangerez pas et vous n’y toucherez pas afin de ne pas mourir.” » 4Le serpent dit à la femme : « Non, vous ne mourrez pas, 5mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. »
6La femme vit que l’arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit dont elle mangea, elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il en mangea. 7Leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils surent qu’ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s’en firent des pagnes.
8Or ils entendirent la voix du SEIGNEUR Dieu qui se promenait dans le jardin au souffle du jour. L’homme et la femme se cachèrent devant le SEIGNEUR Dieu au milieu des arbres du jardin. 9Le SEIGNEUR Dieu appela l’homme et lui dit : « Où es-tu ? » 10Il répondit : « J’ai entendu ta voix dans le jardin, j’ai pris peur car j’étais nu, et je me suis caché. » – 11« Qui t’a révélé, dit-il, que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais prescrit de ne pas manger ? » 12L’homme répondit : « La femme que tu as mise auprès de moi, c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre, et j’en ai mangé. »
13Le SEIGNEUR Dieu dit à la femme : « Qu’as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m’a trompée et j’ai mangé. »
14Le SEIGNEUR Dieu dit au serpent : « Parce que tu as fait cela, tu seras maudit entre tous les bestiaux et toutes les bêtes des champs ; tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15Je mettrai l’hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance. Celle-ci te meurtrira à la tête et toi, tu la meurtriras au talon. »
16Il dit à la femme : « Je ferai qu’enceinte, tu sois dans de grandes souffrances ; c’est péniblement que tu enfanteras des fils. Ton désir te poussera vers ton homme et lui te dominera. »
17Il dit à Adam : « Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais formellement prescrit de ne pas manger, le sol sera maudit à cause de toi. C’est dans la peine que tu t’en nourriras tous les jours de ta vie, 18il fera germer pour toi l’épine et le chardon et tu mangeras l’herbe des champs. 19A la sueur de ton visage tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes au sol car c’est de lui que tu as été pris. Oui, tu es poussière et à la poussière tu retourneras. »
20L’homme appela sa femme du nom d’Eve – c’est-à-dire La Vivante –, car c’est elle qui a été la mère de tout vivant. 21Le SEIGNEUR Dieu fit pour Adam et sa femme des tuniques de peau dont il les revêtit. 22Le SEIGNEUR Dieu dit : « Voici que l’homme est devenu comme l’un de nous par la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. Maintenant, qu’il ne tende pas la main pour prendre aussi de l’arbre de vie, en manger et vivre à jamais ! »
23Le SEIGNEUR Dieu l’expulsa du jardin d’Eden pour cultiver le sol d’où il avait été pris. 24Ayant chassé l’homme, il posta les chérubins à l’orient du jardin d’Eden avec la flamme de l’épée foudroyante pour garder le chemin de l’arbre de vie.
La Crucifixion de Velasquez : une expiation du péhé originel ?
Quand J S Bezzant écrivait son article en 1965 les théologiens avait déjà réalisé du travail important sur la nature de l'expiation des péchés et du sacrifice du Christ sur la Croix.C'est improbable que les congrégations, de nous jours même, aient pris connaissance des réflexions textuelles et philosophique.
VERSION FRANÇAISE LE VINGT-CINQUIÈME DIMANCHE APRÈS LA TRINITÉ.
EXCITE, nous t’en supplions, ô Seigneur, les mouvements de la volonté de tes fidèles; afin que, portant en abondance les fruits de bonnes oeuvres, ils obtiennent de toi une abondante récompense; par Jésus-Christ notre Seigneur. Amen.
(ECUSA) La Collecte s'agit de Dieu tout puissant et de la volonté humaine