FÊTES DE L'EPIPHANIE
Egérie décrit la liturgie de l'Epiphanie. Elle racontait :

1. La nuit à Bethlehem
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Et comme, à cause des moines qui vont à pied, il faut aller très lentement, on arrive [de Bethlehem] à Jérusalem à l’heure où on commence à pouvoir se reconnaître l’un l’autre, c’est-à-dire quand il fait presque jour, mais avant le jour cependant.
Quand on y est arrivé, l’évêque et tous avec lui entrent aussitôt à l’Anastasis, où des lampes brillent déjà d’un extrême éclat. On dit là un psaume, on fait une prière, l’évêque bénit les catéchumènes d’abord, les fidèles ensuite. L’évêque se retire et chacun s’en va à son logis pour se reposer. Mais les moines restent jusqu’à l’aube et disent des hymnes.
2. Quand le peuple s’est reposé, au début de la deuxième heure, tous se rassemblent dans l’église majeure. Ce qu’est en ce jour la splendeur de l’église, ou de l’Anastasis ou de la Croix, ou de celle qui est à Bethlehem, il est vain de le décrire. On n’y voit rien d’autre que de l’or, des pierreries, de la soie  vous voyez des voiles, ils sont de soie brochée d’or ; vous voyez des tentures, elles sont de la même soie brochée d’or. Les objets de culte de toute espèce que l’on sort ce jour-là sont d’or incrusté de pierreries.
3. en quittant l'église on va à l'anastase en chantant des hymnes, selon la tradition, dont on part vers midi.

Le Voyage d’Égérie
Ed. Le Cerf - collection Sources Chrétiennes

Le Christianisme est à la fois dynamique et historique. Les théologiens s'intéressaient au Jésus de l'Histoire. Le théologien alsacien, Albert Schweitzer (1875-1965) croyait que Jésus est mort déçu parce que le royaume n'était pas venu de son vivant. Nous cherchons un équilibre des événements historiques, du Saint Esprit, et de notre connaissance spirituelle. 
Le photo représente l'église du Saint Sepulcre autrement dit l'anastase, ou en grec αναστασις. A l'époque d'Egérie le site de cette église voyait des cérémonies importantes pour l'Epiphanie. 

Dans la Bible l'histoire des mages reprend des apects de l'histoire de Moïse. Hérode, plutôt que le Pharaon est le roi méchant. Mais suite à la naissance de Jésus et la visite des Mages, les parents de Jésus, prévenus dans un rève, descendent en Egypte, d'ou ils reviendront. Il y a des éléments de la nouvelle alliance inaugurée par la nativité de Jésus, sa reconnaissance par les Mages ... ou en Luc les bergers humbles.

On interprète l'histoire, compte tenu de l'expérience acutelle - mais une tradition vivante n'est pas qu'historique. L'épiphanie est descriptive. L'époque était difficile. Hérode était cruel, romanisé. Les Juifs étaient opprimés, ou ils se voyaient comme opprimés. .

Les premiers Chrétiens qui évangeliseraient l'Empire romain étaient eux-mêmes une passerelle entre deux cultures. St Paul, qui était hébreux des hébreux, circoncis le huiième jour (Philippians iii : 5-11) ... écrivait bien le grec. Dans un certain sens ll était progressiste et il a réinterpreté ou mieux expliqué des idées difficiles.

L'obscénité de la résurrection aux yeux des gentiles est intéressante, parce que l'Empire romain accepterait le Christianisme. Nous allons voir, ultérieurement, que le descriptif redéfinirait un monde hésitant mais d'utres convictions existent à coté du Christianisme.

Ce site ne propose pas de solutions simples mais nous allons explorer une foi toujours à la recherche de la vérité. Dans ce monde nous n'aurons jamais la vérité, mais il y a des indices, on entrevoit, et l'épiphanie, c'est l'évennement de l'entrevu. Pour la comprendre, il faut la vision, bien entendu, mais également l'imagination. 
Mais, d'abord, il faut interpréter la tradition.
Le quatrième siècle de notre ère a vu une "sacralisation" de la Terre Sainte. En particulier le Pèlerin de Bordeaux (333) et  Egérie (vers 380) ont visité Jérusalem et d'autres lieux sacrés connexes avec la vie de Jésus.
De plus, Egérie, en particulier, visitait les églises avec leurs activités liturgiques. Elle décrit les fêtes de l'Epiphanie en mentionnant "L'anastase." Le mot grec se dit résurrection en français moderne et l'anastase était "théoriquement" l'endroit du tombeau de Jésus. 
Avec une lecture attentive, on peut situer l'Epiphanie du calendrier liturgique dans le schéma biblique de notre salut. A suivre ...